Menu +

Piétons, ces oubliés de la ville

La vie de piétons est hélas dure au Sénégal. Ces grands oubliés de la ville vivent au quotidien un calvaire que leur infligent les autres usagers du domaine public.

Leur misère commence par les aménageurs qui bien souvent leur ont accordé une part marginale dans le schéma de mobilité s’ils ne les ont tout simplement pas extirpés de la liste des usagers de la ville. La continuité de leur circulation n’est pas assurée sur n’importe lequel des linéaires pris au hasard avec l’absence de trottoir et/ou de zones de traversées piétonnes. Les piétons sont pourtant la catégorie d’usagers des routes majoritaire quand la plupart des projets d’aménagement sont destinés aux véhicules.

citegorguiLa discontinuité piétonne est également créée par l’aménagement sauvage pour desservir certaines zones comme la cité Gorgui où les voitures coupent à travers les trottoirs à proximité de l’école BEM pour relier deux zones que les aménageurs ont oublié de réunir au mépris des usages de mobilité. Les piétons se voient ainsi disputer leur espace dédié et les véhicules qui s’aventurent à les laisser passer s’attirent les foudres sonores des autres conducteurs qui ne comprennent pas pourquoi laisser passer les piétons sur les trottoirs.

Que penser de l’aménagement piétonnier des ronds-points qui est une invite à investir ces espaces au prix d’un double danger en surfant entre les voitures pour y accéder ou en repartir ? Il en est de même des marchés en milieu de voie comme celui du Front de Terre, les clients devant traverser la chaussée pour accéder aux commerces.

Chassés des rares trottoirs prévus pour leur circulation, les piétons se retrouvent bien souvent sur la chaussée en concurrence avec les voitures dont l’impatience si ce n’est l’indiscipline n’a d’égal que le danger qu’elles représentent. Les trottoirs sont aussi occupés par les commerces qui étendent souvent illégalement leur surface de vente en toute impunité et sous l’indifférence systématique des autorités en charge de faire appliquer les lois. Les tabliers, étals de fortune et autres ambulants y vont de leur prérogative usurpée, privatisant à leur tour l’espace publique sur lequel aucun droit particulier ne leur a été attribué. Les autorités publiques qui encaissent des patentes sur ces activités ne s’interrogent bien sûr pas sur la légalité des actes en question, se contentant de renflouer leurs caisses à n’importe quel prix. L’acte 3 de la décentralisation a bon dos et justifie tous les excès.

20161115_105339Les véhicules ne se gênent pas à leur tour pour occuper les trottoirs, avec la complicité acceptée des « gareurs » de voiture qui font leur commerce du stationnement, récoltant indûment des subsides de biens sur lesquels ils n’ont ni la propriété, ni le droit d’exploitation, sous l’indifférence encore une fois des autorités publiques en charge de l’application des lois et règlements.

Que dire des passages cloutés qui représentent un des aménagements urbains les plus attentatoires à la vie des piétons. Ces derniers peuvent rester de longues minutes en attente de la bonne âme qui voudra bien les laisser traverser quand la loi oblige pourtant les automobilistes de s’arrêter pour les laisser passer. Les rares automobilistes qui veulent bien s’arrêter doivent s’entourer de milles précautions pour ne pas se faire emboutir par derrière par d’autres voitures. Et même dans ces conditions, pour les piétons, il faut s’assurer avant de traverser que les voitures ou deux-roues qui arrivent sur l’autre voie toujours à folle allure ne leur ôtent pas la vie.

Ces abus n’enlèvent bien sûr rien au tort des piétons qui désertent les ponts pour traverser les chaussées au péril de leur vie. Mais ce sujet est autre et cette attitude ne justifie de toute manière pas le comportement des automobilistes sur les passages-piétons, automobilistes qui veulent que toute la voirie leur soit réservée exclusivement.

Nous avons tous été ou seront à un moment donné de notre vie, des piétons, le temps de chercher du pain, de rentrer chez son médecin, de faire son sport, à la suite d’un handicap momentané ou définitif… Si ce n’est nous, ce sont nos enfants, nos mères, nos pères, nos grands-parents, nos amis, nos collèges, nos voisins, etc. Gardons à l’esprit que le traitement qu’infligent les automobilistes que nous sommes à un piéton sera infligé à nos enfants sur le chemin de l’école, en allant à la boutique du coin ou à un moment donné de leur processus de socialisation, quelque riche puissions-nous être pour croire à tort que nous ou nos proches serons toujours en voiture.

ambiance_rueIl est temps que les aménageurs de nos villes changent de logique en arrêtant de construire systématiquement la ville autour des voitures. Une estimation du CETUD révélée en 2015 nous apprenait que sur les 9 millions de déplacements quotidiens à Dakar (entre 2 à 3 déplacements par personne et par jour), 80% étaient effectués à pied. Le constat montre pourtant que la part belle des investissements est laissée aux voitures à qui presque tous les équipements sont réservés. Il faudra donc apprendre à recréer nos villes autour de modalité piétonne pour respecter la sociologie et les usages de la mobilité urbaine. Les ronds-points, commerces et services doivent également être repensés autour de cette réalité pour en garantir une accessibilité sécurisée.

Il est également temps que l’attitude des automobilistes vis-à-vis des pétons changent car la ville est un espace partagé et la vie est beaucoup trop précieuse pour jouer avec. La ville n’est pas nécessairement le terrain d’hostilité et de concurrence que nous en avons fait.

Répétons-le autant que nécessaire : cohabiter, c’est habiter ensemble, c’est partager les espaces en bonne intelligence pour un épanouissement social collectif.

 

Ensemble, réinventons le Sénégal© !

Yatma DIEYE

Club Upsilon

Cercle de Réflexion pour le

Développement du Sénégal

contact@club-upsilon.com

www.club-upsilon.com

 

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Spamcheck Enabled)

All original content on these pages is fingerprinted and certified by Digiprove

Copyright © 2017 www.club-upsilon.com. All Rights Reserved.